Èíîñòðàííûå ÿçûêè

Øàðëü Ãóíî


[pic]


Charles Gounod est né à Paris le 18 juin 1818 dans un milieu ouvert aux
arts. Remarquable dessinateur, artiste peintre de talent, son père avait
occupé les fonctions de professeur à l'Ecole Polytechnique et de Maître de
dessin des Pages de Louis XVIII. Sa mère, excellente musicienne, avait été
l'élève pour le piano de Louis Adam et de Hullmandel. Devenue veuve en
1823, elle doit se livrer à l'enseignement du piano pour subvenir aux
besoins de ses enfants. Elle apprend les premiers rudiments à Charles qui
manifeste des aptitudes musicales précoces.
Au cours de ses années d'étude au lycée Saint-Louis où il obtient son
baccalauréat de philosophie en 1836, il assiste à la représentation de
l'Otello de Rossini au Théâtre-Italien ainsi qu'à celle du Don Juan de
Mozart. Ces deux chefs-d'oeuvre constituent les grandes révélations
musicales de sa jeunesse. Gounod vouera toute sa vie une admiration
fervente à Mozart et ne manquera jamais de célébrer son génie. La
découverte de la Symphonie Pastorale et de la IXe avec des choeurs de
Beethoven à la Société des Concerts redouble son ardeur musicale. Animé
d'un haut idéal artistique, le jeune Charles nourrit l'ambition de devenir
un grand compositeur. Il est l'élève au Conservatoire de Halévy pour la
fugue et le contrepoint, et Lesueur pour la composition. Au concours de
Rome, il remporte un second prix en 1837 et deux ans plus tard,
consécration suprême, le premier prix avec sa cantate Fernande sur un texte
du comte de Pastoret. Avant de partir pour la villa Médicis à Rome où il
doit résider pendant deux ans en qualité de lauréat de l'Institut, Gounod
compose pour la messe anniversaire de son maître Lesueur, un Agnus Dei à 3
voix et choeur à propos duquel Berlioz écrit ces lignes prophétiques: "Tout
y est neuf et distingué: le chant, les modulations, l'harmonie. M.Gounod a
prouvé là qu'on peut tout attendre de lui ".
|Le départ pour Rome ne se fait pas sans quelque déchirement, car le jeune| |
|homme quitte pour la première fois sa mère qu'il affectionne. Reçu       | |
|cordialement par Ingres, alors directeur de l'Académie de France, il noue| |
|rapidement des liens d'amitié avec le peintre partageant une égale       | |
|passion pour la musique. Gounod l'accompagne au piano dans des sonates   | |
|pour piano et violon de Mozart ou de Haydn, lui fait découvrir l'Alceste | |
|de Lulli ou chante de sa voix merveilleusement expressive ses airs       | |
|favoris. Il se plaît également à cultiver ses dons pour le dessin,       | |
|exécutant à la demande de son ami "une centaine de calques d'après des   | |
|sujets primitifs ". C'est de cette époque que date le portrait fait par  | |
|le peintre du jeune Gounod. Le musicien lit Faust de Goethe et compose   | |
|des mélodies telles Le Vallon , Le Soir , sur des poèmes de Lamartine    | |
|dont le style si personnel se distingue de celui des romances de salon de| |
|l'époque par leur prosodie fluide et leur raffinement harmonique. Il     | |
|fréquente assidûment la Chapelle Sixtine où il s'imprègne de l'art de    | |
|Palestrina. La musique sacrée l'entraîne, le transporte. En revanche, le | |
|répertoire dramatique des théâtres romains limité à Donizetti, Bellini ou| |
|Mercadante, le déçoit, ne trouvant "aucun profit musical à recueillir ". | |
|Gounod rencontre à la Villa Médicis la cantatrice Pauline Viardot qui    | |
|l'initie au monde du théâtre, ainsi que Fanny Hensel, soeur de Félix     | |
|Mendelssohn. Remarquable pianiste, elle lui révèle la musique allemande  | |
|"qui le trouble et le rend fou ".                                        | |


De nature impressionnable, il subit l'ascendant du Père Lacordaire,
brillant prédicateur venu à Rome pour rétablir l'ordre des Dominicains.
Sous son influence, Gounod évolue vers le christianisme social et songe à
embrasser l'état ecclésiastique. Cette crise mystique s'exaspère au contact
de son ami Charles Gay, futur évêque de Poitiers, arrivé dans les derniers
mois de 1839 pour se préparer au sacerdoce. Dès lors, Gounod se consacre à
la musique religieuse. Il se retire au couvent de San Benedetto à Subiaco
pour écrire une messe solennelle qu'il fera exécuter à l'église Saint-Louis-
des Français le 1er mai 1841, jour de la fête de Louis-Philippe et dont le
succès lui vaut le titre de maître de chapelle honoraire à vie. Pour son
premier "envol" obligatoire, il compose un Te Deum dans le style
palestrinien que Spontini, dans le rapport officiel de l'Institut,
sanctionne en ces termes: "Cette composition est dépourvue de mélodies, de
cantilènes variées, de motifs, d'expression et de physionomie chantante ".
Il quitte Rome "la sereine, la pacifiante " pour Vienne où la vie musicale,
tant théâtrale que symphonique, est florissante. Il assiste pour la
première fois à la représentation de la Flûte Enchantée , noue des
relations avec des artistes influents et peut ainsi diriger au cours de
l'hivers 1842-43, deux de ses oeuvres, une Messe et un Requiem , à la
Karlskirche. A Berlin, il retrouve Fanny Hensel qui l'introduit auprès de
son frère, lequel l'accueille par ces mots: "Ah! c'est vous le fou dont ma
soeur m'a parlé "! Avec son orchestre de la Gewandhaus, Mendelssohn lui
fait entendre sa Symphonie Écossaise , et lui révèle sur l'orgue de la
Thomaskirche les compositions de Bach. Il juge son Requiem de Vienne "digne
de Cherubini " et lui conseille d'écrire de la musique symphonique.
L'oeuvre de Mendelssohn restera pour Gounod "le plus précieux des modèles
".
| |De retour à Paris en mai 1843, Gounod accepte le poste de      |
| |directeur de la musique à l'église des Missions Étrangères où  |
| |il impose, non sans mal, aux paroissiens Bach et Palestrina.   |
| |Pendant cinq ans, il se soustrait aux séductions du monde,     |
| |écrivant exclusivement de la musique religieuse. Il noue       |
| |toutefois des relations amicales avec quelques artistes tels   |
| |Gustave Courbet, Théophile Gautier, Gérard de Nerval et surtout|
| |avec le chansonnier "républicain" Pierre Dupont, bien qu'il ne |
| |partage pas ses idées politiques. D'octobre 1847 à février     |
| |1848, il porte l'habit ecclésiastique et signe ses lettres     |
| |l'Abbé Gounod. Tout en se livrant à des travaux de réflexion   |
| |notamment sur l'Histoire comparée des religions , Gounod suit  |
| |les conférences de Lacordaire à Notre-Dame ainsi que les cours |
| |de théologie de Saint-Sulpice.                                 |


Mais le musicien, alors âgé de 30 ans, prend conscience qu'"il n'y a guère
qu'une route à suivre pour se faire un nom: c'est le théâtre ". Par
l'entremise du violoniste Seghers, il entre en contact avec Pauline Viardot
qui venait de créer avec éclat le rôle de Fidès dans le Prophète de
Meyerbeer. L'incitant à écrire un opéra, elle prend l'initiative d'imposer
par son engagement son premier ouvrage lyrique, Sapho , sur un livret
d'Émile Augier. Si l'oeuvre n'a qu'un succès d'estime, elle retient
l'attention du public et de la critique, qui comprend qu'il ne s'agit pas
là d'un évenement mais d'un avènement musical. A la Comédie-Française, il
fait entendre successivement des divertissements pour le Bourgeois
Gentilhomme ainsi qu'Ulysse , tragédie mêlée de choeurs que dirige Jacques
Offenbach à la création en 1852. Pour la première fois, la partition allait
être éditée. "Sauvée de l'oubli ! Rien ne peut donner une idée de ma joie "
écrit Gounod.
Peu de temps après son mariage avec Anna, fille de Joseph Zimmerman,
compositeur et professeur de piano au Conservatoire, Gounod est nommé
directeur de l'Orphéon de Paris, institution chorale recrutant dans les
classes ouvrières, puis un an plus tard, en 1853, directeur de
l'enseignement du chant dans les écoles communales de Paris. Ces fonctions
qu'il assume avec un grand dévouement lui fournissent l'occasion de
produire de nombreuses oeuvres chorales et religieuses, dont la Messe aux
Orphéonistes donnée à Saint-Germain-l'Auxerrois en juin 1853 sous sa
direction.
| |Après le décès de son beau-père, il s'installe dans la propriété de sa |
| |belle-famille à Saint-Cloud où il résidera une grande partie de sa vie.|
| |La même année, son fameux Ave Maria , déjà populaire dans les salons,  |
| |connait dans sa version orchestrale une fortune sans précédent. Gounod |
| |compose le nouvel hymne national Vive l'Empereur en l'honneur de       |
| |Napoléon III, exécuté sous sa direction par 1500 voix à l'Exposition   |
| |Universelle de 1855. Après l'échec de son deuxième ouvrage lyrique la  |
| |Nonne Sanglante , il reprend son Faust dont il a conçu le projet à     |
| |Rome. Surmené, en proie à une grave dépression nerveuse, affection à   |
| |laquelle il est sujet, il doit être interné dans la célèbre clinique du|
| |Docteur Blanche. Après un temps de repos forcé, il compose un          |
| |chef-d'oeuvre d'esprit et de verve, Le Médecin malgré Lui.             |


Faust est achevé, mais pour cause de concurrence avec le théâtre de la
Porte Saint-Martin, qui représente un drame sur le même sujet, l'oeuvre
n'est créée qu'en 1859 au Théatre-Lyriqe. Jugé plus savant qu'inspiré, plus
symphonique que mélodique, Faust ne remporte pas un succès immédiat. De
fait, cet opéra de demi caractère, dans lequel la virtuosité vocale fait
place à un lyrisme mélodique ardent, rompt avec le bel canto italien et les
effets meyerbeeriens si prisés par le public. Il privilégie le rôle de
Marguerite dont il peint les profondes émotions de l'âme. "Quand je
compose, dit Gounod, je me pénètre du sentiment, des paroles, du caractère
du personnage, et je laisse parler mon coeur ". Conformément à la
tradition, le compositeur doit rajouter un ballet pour l'entrée de l'oeuvre
à l'Opéra en 1869, se résignant ainsi à assumer "son humiliant métier de
décompositeur de musique ". Jouissant d'une popularité universelle, Faust
symbolise le renouveau de l'art lyrique français.
Gounod démissionne de son poste de l'Orphéon et écrit deux opéras comiques,
Philémon et Baucis et La Colombe , sur un livret de Jules Barbier et Michel
Carré, ses librettistes attitrés. Bien que jugées comme des modèles de goût
et de finesse, les deux oeuvres ne font pas recette, pas plus que son grand
opéra La reine de Saba . Il revient à l'opéra poétique, mieux adapté à sa
veine lyrique, avec Mireille d'après Mistral et Roméo et Juliette . Heureux
de fuir Paris qui "l'étouffe et le suffoque ", il les compose dans le Midi
pour s'imprégner de l'atmosphère dans laquelle évoluent ses personnages.
Créé au Théatre-Lyrique en 1867, Roméo et Juliette , qui soulève un
enthousiasme unanime, marque l'apogée de la carrière dramatique du
compositeur. Épuisé nerveusement par cette période d'intense activité
créatrice, Gounod recherche une fois encore le calme et l'isolement à Rome,
son lieu de prédilection, là où il aurait toujours voulu vivre. Il donne
libre cours à sa ferveur religieuse en esquissant un "opéra chrétien"
Polyeucte .
|Mais la guerre de 1870 interrompt la composition de cette     | |
|oeuvre qui lui tient tant à coeur. Accablé par l'état de la   | |
|France, ne pouvant "vivre sous le drapeau ennemi ", Gounod se | |
|réfugie en Angleterre avec sa famille. Il y rencontre au cours| |
|d'une soirée la chanteuse Georgina Weldon, qui ne tarde pas à | |
|prendre un "ascendant absolu " sur lui, le poussant à         | |
|commettre des actions tout à fait contraires à sa nature. Il  | |
|est ainsi pendant trois ans son "protégé" à Tavistock House où| |
|il compose sans relâche, ne cessant d'intenter des procès à   | |
|ses éditeurs, refusant enfin le poste de directeur au         | |
|Conservatoire de Paris. Lassé, malade, Gounod quitte Londres  | |
|avec l'aide du Docteur Blanche et de quelques amis. Il y      | |
|laisse des manuscrits dont celui de Polyeucte , confisqué par | |
|esprit de vengeance par Georgina Weldon. Il retranscrit       | |
|l'oeuvre de mémoire avec une prodigieuse fidélité. Très       | |
|affecté par l'échec de cette oeuvre qui, plus que toute autre,| |
|est la traduction de ses convictions intimes, Gounod disait:  | |
|"Périsse mon oeuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte    | |
|soit repris et vive ".                                        | |


Ne songeant plus qu'à "tourner du coté du ciel toutes ses forces de
contemplation ", le musicien travaille presque "à contrecoeur " à son
ultime ouvrage dramatique le Tribut de Zamora , et compose deux oratorios,
Rédemption (1882) et Mors et Vita (1885), non dépourvus d'effets théâtraux.
Dans les dernières années de sa vie, il déploie une activité littéraire
riche et variée, se fait aussi critique, rendant compte de la création
d'Henry VIII et de Proserpine de Saint-Saëns qu'il défendra. D'une vitalité
inlassable, il surveille les dernières répétitions de ses ouvrages, qu'il
dirige le plus souvent. Le concert du Chatelet du 4 avril 1890, où il
conduit avec un succès triomphal ses oeuvres, marque sa dernière apparition
en public. Comblé d'honneurs et de décorations, Gounod conserve jusqu'à la
fin de sa vie un tempérament "bon enfant", toujours prêt à séduire. Animé
par la bonté, tout dévoué à ceux qui viennent le solliciter, il crée
instinctivement autour de lui un courant de sympathie et d'affection dont
il a si profondément besoin. Malgré une santé défaillante, il assiste aux
concerts de musique sacrée des Chanteurs de Saint-Gervais, entame un
diptyque musical sur Saint-François d'Assise et écrit sa dernière mélodie
Tout l'univers obéit à l'amour .



ñìîòðåòü íà ðåôåðàòû ïîõîæèå íà "Øàðëü Ãóíî "